/medias/image/4112358625bb608420c53c.jpg
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Métiers de la défense et de la sécurité : près de 100 000 postes à pourvoir

Insertion professionnelle - Recrutement

-

04/04/2018

Entre le secteur public et privé, la sécurité et la défense représente plus de 970 000 professionnels. Un effectif qui ne cesse d’augmenter. Tour d'horizon de ces nombreux métiers méconnus, et en quête de candidats.             

Charlie Hebdo, Bataclan, Nice... À la suite des attentats en France et des mesures renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, les secteurs de la sécurité publique et privée recrutent plus que jamais. Peu attractif et méconnu pendant longtemps, le secteur de la sécurité et de la défense se professionnalise et est désormais mieux réglementé.

Plus de 24 000 recrutements en 2018

L’armée reste le principal recruteur de la fonction publique, pour assumer ses missions intérieures et extérieures. Chaque année, près de 10 % des effectifs militaires sont renouvelés. Les niveaux de recrutement vont de « sans diplôme » à bac + 5, pour des contrats de 1 à 10 ans.

En 2018, celle que l’on appelle la grande muette prévoit plus de 24 000 embauches : 3 000 postes d’agents civils (cadre administratif, informaticien, secrétaire…), 600 postes à la DGSE (agents de surveillance, techniciens télécoms et systèmes d’information, ingénieurs en sécurité informatique, télécoms...), 15 000 postes dans l’armée de terre (engagés volontaires, sous-officiers, officiers, experts en cyberdéfense et cybersécurité…), 10 000 recrutements dans la gendarmerie (sous-officiers, gendarmes adjoints…), 8 000 dans la police nationale, 3 000 dans l’armée de l’air dans plus de 50 métiers (techniciens, sous-officiers, officiers…), 3 500 dans la marine nationale (officiers, officiers mariniers, matelots, mousses...)… 10 000 postes supplémentaires devraient également s‘ouvrir avec l’instauration de la nouvelle police de sécurité du quotidien lancée par le gouvernement fin 2017.

Autre filière qui augmente ses effectifs : la cyberdéfense. 400 postes seront créés en 2018. Le Commandement de la cyberdéfense (ComCyber) comptera près de 2 600 « combattants numériques » d’ici 2019.

De son côté, l’Etat poursuit les recrutements dans la police, la justice et les douanes pour renforcer la sécurité intérieure et lutter contre le terrorisme.

Le privé vient en renfort : 73 000 postes à pourvoir d’ici 2022

Les besoins en sécurité intérieur explosent et face à la nécessité grandissante de protéger les personnes, les biens ou encore les données informatiques, l’Etat collabore de plus en plus avec des entreprises privées. Ce transfert de compétences, en complément de l'action de la police et de la gendarmerie nationales, se traduit par une montée en puissance du nombre et du rôle des agents privés de sécurité : agent de prévention et de sécurité, surveillance des grands événements, agent de sécurité cynophile, agent de sûreté aéroportuaire, agent de protection physique des personnes… Des métiers accessibles sans condition de diplôme, pour lesquels existent plusieurs certificats de qualification professionnelle (CQP).

En 2016, la sécurité privée a créé 7 500 emplois. A l’horizon 2022, 73 000 postes d’agents de gardiennage et de sécurité seraient à pourvoir selon France Stratégie et la Dares.

400 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Insertion professionnelle - Recrutement

Faites un stage cet été!

User profile picture

Hugo SPIELVOGEL

03 juillet

Insertion professionnelle - Recrutement

Comment les entreprises recrutent-elles les cadres ?

User profile picture

ELEONORE TERRAL

06 juin

Insertion professionnelle - Recrutement

Réalise un stage rémunéré en Espagne

User profile picture

Hugo SPIELVOGEL

24 mai

alumni.ut-capitole.fr